LA PERIODE REVOLUTIONNAIRE

Le petit peuple de Saint-Marcel s’engage résolument dans le processus révolutionnaire, participant aux actions contre les rassemblements royalistes de Jalès, et au vaste soulèvement anti-féodal du printemps 1792. Le château de la famille de Bernis est saccagé.

Les grandes décisions sont prises lors d’assemblées générales des habitants. On y décide le partage de l’île communale, la restitution des biens usurpés à la commune.

Le pouvoir seigneurial est démantelé avec la suppression des justices féodales. Les biens des émigrés sont vendus (ceux de Beaune-Montagu) ainsi que ceux de l’ancienne commanderie de Saint-Jean.

La poussée déchristianisatrice, marquée par la fermeture de l’église, provoque un désarroi parmi les saint-marcellois.

Sous le Directoire, le triomphe des notables s’effectue dans un contexte trouble. Déserteurs et brigands parcourent les campagnes. Le calme revient peu à peu sous le Consulat et l’Empire. Les Bernis sont de retour et récupèrent leurs biens.